Maintenir des impôts modérés et des dépenses maîtrisées

Maintenir des impôts modérés, une dette et des dépenses maîtrisées

Entre 2014 et 2019, les prélèvements de l’État sur les communes ont atteint des niveaux records, du jamais vu auparavant. Maule n’a pas été épargnée par ces coupes sombres de l’Etat faites pour tenter de diminuer ses déficits et sa dette. Sur cette même période, notre commune a été amputée de plus de 3,2 millions d’euros par l’État

Malgré cette très forte perte de ressources :

  • Nous avons maintenu les impôts des ménages maulois (communaux et intercommunaux) dans la moyenne des 27 communes Yvelinoises de taille comparable : 769€/hbt à Maule comparée à la moyenne de 766€/hbt. 13 sont plus chères et 13 sont moins chères. La plus chère est à 1016€ et la moins chère 427€
  • Nous avons financé la moitié de ces prélèvements de l’Etat par des économies de fonctionnement
  • Nous avons ainsi contenu les dépenses réelles de fonctionnement : par exemple celles-ci ont diminué de 0,8% en 2017, de 1,6% en 2018 et de 1,8% en 2019
  • Nous avons maintenu le niveau de services à la population et cela sans aucune suppression de prestation
  • Nous avons diminué les dettes à long terme de la commune de 44% sur le mandat, afin de se donner les moyens pour les  nouveaux projets à venir
  • Nous avons malgré cela réalisé un programme d’investissements très important de 13,6 millions d’euros, incluant notamment la rénovation complète du groupe scolaire René Coty pour environ 2,5 millions d’euros. En moyenne, ce sont chaque année 2,3 millions d’euros qui ont été investis pour les écoles, la sécurité, la culture, le sport, l’environnement, la voirie et les aménagements extérieurs (trottoirs, enfouissement…)

 

De 2014 à 2019:

  • 50% des 3,2 millions d’euros prélevés par l’Etat couverts par des économies

  • Impôts communaux des ménages restés à la moyenne de la strate de comparaison

  • Dépenses réelles de fonctionnement contenues et même en baisse depuis 3 ans

  • Endettement long terme diminué de 44%

  • 13,6 millions d’euros investis en équipements